Le Centre de Soi organise des expositions temporaires d’artistes locaux

EXPOSITION du 11 septembre au 20 octobre 2017
INSTANTS CAPTURES

Marie-Jeanne CAVIN


Vernissage le Jeudi 14 septembre 2017 de 17h00 à 21h00
Visites guidées sur rendez-vous : tel. +  079 615 90 33  | mariejcavin@gmail.com

 MARIE-JEANNE CAVIN

Un chevalet,
Quelques pinceaux, une toile, des couleurs… et un œil… ouvert sur les magnifiques paysages de la région… Entre Jura et Lac, entre Ciel et Terre.
Cette exposition me permet d’ouvrir tout grand portes et fenêtres et de vous inviter sur les chemins de campagne.
Le paysage vaudois, une histoire d’amour ?
Passionnée de dessin depuis l’enfance, le hasard d’une rencontre fait que ma famille se lie d’amitié avec le peintre Roullier.
Celui-ci apprécie mes talents artistiques et je deviens l’une de ses élèves. Il m’enseigne alors à évaluer les couleurs, à les mélanger, à les associer, à apprécier les proportions, les cadrages et à faire ressortir la lumière. Il m’apprit que l’on peint avec l’œil et non avec la main.
D’instinct j’ajoutai aussi une part de moi-même.

 A vingt ans, je me marie et range pinceaux et chevalet. Les tubes sont abandonnés et au fond d’une boîte et je mets mon rêve entre parenthèse pour seconder mon mari dans l’entreprise agricole et suivre le parcours que la vie m’avait réservé.

 Je fais beaucoup de photo et espère que plus tard…
… la peinture ce sera pour plus tard…
« Fais confiance au temps, le temps s’occupe de tout » dit-on parfois.

 Presque quarante ans plus tard, je réagis : plus tard, c’est quand ?

 Je renoue avec la peinture, retrouve les couleurs, l’odeur de l’huile de lin, m’imprègne de la nature, de la beauté des paysages de notre région et réalise mes œuvres à partir de visions et d’émotions recueillies lorsque je marche dans la campagne.

 Cette longue pose me permet d’être enthousiaste et d’apposer ma propre griffe sur mes toiles. Mes œuvres me ressemblent, simples, naturelles et positives.

 Je trouve une manière de m’exprimer, avec une touche impressionniste, aimant particulièrement les « Grand peintres du siècle des lumières » Van Gogh, Renoir, Courbet, Manet, Monet et bien d’autres… Les œuvres et les paysages d’Hodler m’ont particulièrement touchée, par leurs traits bruts et des couleurs posées de manière simple, nette et évidente.

 L’enseignement du peintre Roullier est un véritable héritage …

 Peindre me permet de restituer les instants capturés et de les transformer en sentiments, bonheur et méditation.

 Mais le temps, ce temps qui passe, tous ces instants, ces regards, toutes ces émotions, peut-on vraiment les capturer ?

 En peignant, je retrouve le souffle du vent, entends le chant des alouettes ou de l’épervier… Mes toiles sont animées par les reflets du ciel.

 C’est ma manière de capturer des instants magiques et de les transposer.

 J’aime particulièrement les nuages, porteurs de pluie (eau), révélateurs de lumière (feu) et animés par les vents (air). La terre est très présente dans mes œuvres et l’alliance des quatre éléments forment un ensemble rayonnant.

 Les couleurs de la nature sont infinies : les nuances de verts, de bleus ou d’ocre se  marient avec harmonie. J’utilise de la peinture à l’huile qui demande une certaine technique et tends souvent des toiles de drap de lin sur des châssis, puis les imprègne avant de peindre.

 Ma grand-mère Jeanne-Marie dessinait, un grand oncle aussi, que je n’ai pas connu. Ma Maman Madeleine (qui a 90 ans) dont je suis très fière, écrit des poèmes. C’est donc de toute ma famille qui est la source de mes qualités artistiques.

 Dotée d’un caractère résolument optimiste, je reconnais que le temps ou les instants ne peuvent pas être maîtrisés, ne peuvent pas vraiment être capturés

 Par contre, il en va de toute autre chose en ce qui concerne la joie de vivre…

 Alors, prêt, prête pour une balade, pour prendre le temps d’écouter le vent ou le chant des oiseaux, pour suivre le chemin imaginaire qui conduit au-delà de l’horizon?

 

« Le peintre ne dois pas se contenter de reproduire ce qu’il a sous les yeux, mais il doit peindre ce qu’il voit en lui »  Caspard David Friederich (1774-1840) 

 

 

 

 

 

 


 

INFORMATIONS PRATIQUES Vous souhaitez exposer dans notre centre, prière de vous adresser à  colette.schuler@bluewin.ch